Et si l’art était le moyen de combattre la Covid-19 ?

Dans les rues de Nairobi, le kenyan Sammy Mwangi s’appuie sur les graffiti pour appeler les kenyans à respecter la distanciation sociale.

« Avec la Covid, je me suis inspiré du coronavirus pour tout simplement alerter la communauté sur la gravité de ce mal qui frappe notre pays en ce moment. » Cet art qu’il pratique depuis l’âge de ses 15 ans, le kenyan a décidé de le mettre au service de sa communauté, en transformant les murs de la capitale en toiles. Avec l’appréciation des travaux de l’artiste, Sammy a été victime de son succès. « C’est devenu un travail, parce que je reçois des commandes. J’ ai fait beaucoup de graffitis que ce soit pour des hôtels ou les maisons de personnes. »

Cet activisme par la bombe à peinture, Sammy Mwangi est loin d’être le seul à le pratiquer dans la capitale Nairobi. Comme lui, ils sont des dizaines d’artistes à avoir incité les quelques 4,7 millions d’habitants de la ville métropole kenyane à bien garder leurs masques sur le nez et à limiter les contacts physiques.

Ce militantisme artistique arrive à un moment critique pour le pays. Depuis la fin de l’été, le Kenya connaît une augmentation spectaculaire du nombre de contaminations à la Covid-19 enregistrées par les autorités sanitaires. Sur le dernier mois, ce sont près de 30 000 cas qui ont été confirmés.

Tancrede Chambraud

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici