Les réseaux sociaux

MUSIQUE RAP. Dans les années 90’, naissait Kill Point en Guinée avec son armée ! Il est fondé en haute banlieue de Conakry par Aizeck’O, Prophet-Gee avant que Mooz Bee et Kébé ne rejoignent le groupe plus tard.

Vivace et insaisissable, ce groupe de rap était finalement perçu en Guinée comme un « État » dans un État. Il dénonce avec virulence, les difficultés quotidiennes d’une jeunesse à l’abandon.

En vendetta avec le pouvoir de feu Général Lansana Conté, ce groupe s’est porté garant pour défendre le bas peuple à travers sa musique. Pendant de longues années, ce crew a porté le flambeau d’une jeunesse sacrifiée. Kill Point était la voix crédible des sans voix face à un système libéral cousu de gabegie financière, de corruption, de l’injustice et le tout dans un climat politique et social éclopé. Une mauvaise gouvernance qui a complètement affaissé l’économie du pays, et exposé le peuple à l’extrême pauvreté. Au regard de ces réalités, Amadou Barry (Prophet-Gee) et sa bande se sont engagés dans une lutte citoyenne sans merci en dénonçant les vices d’une gouvernance souillée, entretenue par les cadres véreux du pays, des bandits à cols blancs dans les bureaux. Un courage singulier qui a valu au groupe Kill Point, une grande notoriété et le respect absolu. La responsabilité était lourde et il fallait assumée pour épargner la jeunesse guinéenne du KO.

En Écoute : « Afrique é Mansaya »

A cause, de son orientation musicale qui ne souriait pas au pouvoir de Conté et ses sbires, Kill Point était souvent censuré dans les médias d’État. C’est pour dire que le rap dans les années 90 a connu des grandes difficultés mais aussi un réel pouvoir. Il fut un véritable levier et outil d’expression puissant pour la jeunesse de Guinée avant la libération des ondes en 2006 après plusieurs décennies de monopole étatique.

En Écoute : « Des liens » extrait de l’album « Foré Boma »

L’élan qu’avait pris le rap dans le pays de feu Hamid Chanana dépassait l’entendement. Au front, Kill Point était à la première ligne avec son micro et ses beats hip hop à la verve cinglante. Son audace face au système Conté, son combat pour la jeunesse fait de ce groupe un vrai leader. De Bomboli (Conakry) à Yomou (Guinée profonde), Kill Point fut le groupe le plus représentatif, fédérateur et incitateur de la couche juvénile. Il a sorti son tout premier album (K7) Foré Bôma en 1996, et plusieurs autres opus, ainsi que des compiles à succès avant de disparaitre définitivement de la scène.

SITANEWS©


Les réseaux sociaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
30 − 24 =