Loin des tonnes de punchlines et ego-trips, le rap a ses propres codes et ils sont parfois torsadés. Il faut savoir les dénuder pour pouvoir accrocher tant de curieux : la syntaxe des mots- la maîtrise de la grosse caisse ou le bpm (battement par minute). Oui, c’est un travail titanesque. Comme pour dire que le vrai rap n’est pas à la portée des bambins ou des plaisantins.
Albert Keckson et King Salaman ont réussi le pari dans leur feat Gnakry Drill. Ce titre qui rend hommage à DMX et Navigator tous décédés, apporte une vraie plus-value. Autrement dit, c’est une valeur ajoutée au rap guinéen.
Comme nombreux connaisseurs, nous avons été aussi happés par ce chef-d’œuvre dès la première écoute. Chapeau à King Salaman et Albert Keckson pour cette prouesse. Ils se sont bien amusés en toute sérénité et indépendance sur un beat langoureux mais bien tonifié. A l’entame, l’instru arrive volontiers à coup de tonnerre. Bimm, il tombe- et Salaman l’accueille au rebond avec le refrain sous un timbre vocal non autotuné nous amenant dans un tourbillon onirique. Ce nouveau succès de Salaman avec Keckson vient confirmer son statut de chanteur pluraliste.
Ils ont pris un risque individualiste d’aller avec un double refrain. Une démarche astucieuse à la Funky Family. Ça a bien marché pour eux. C’est un tandem réussi. Les deux jeunes artistes guinéens dégagent une maîtrise absolue leur permettant de sculpter leur cosmos dans le Game avec une finalité en apothéose.
« Kpc ou Antonio j’ne les cherche pas, la baraka de ma maman est mon seul sponsor » plaque Albert après la partition perchée de King Salaman, le « tonitruant » de BLZ.
Dans Gnakry Drill, 3 min 6s ont suffi pour Albert et Salaman de replacer le rap guinéen dans son vrai contexte moderne. C’est un véritable coup de force avec lequel les nombreux mordus du rap guinéen vont se sécher en cette période de pluies torrentielles à Conakry.
Ce titre très civilisé est l’extrait du nouvel opus de Keckson intitulé Roi de la ville. Avec ce disque, Albert espère passer de Messie du rap guinéen au Roi de la ville. C’est une promotion que se veut le jeune rappeur cette fois-ci. « … J’ne suis pas un pilier du rap guinéen, j’suis le bâtiment, Architecte poteau, du plafond au soubassement (…) »s’autoproclame-t-il.
Gnakry Drill, nous le kiffons !
Et vous ?

Par Sita 
SITANEWS©
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
28 − 5 =