Et si on accordait beaucoup plus d’importance au TOURISME ? Ce secteur bien rentable bat encore de l’aile en Guinée. Pourtant, la nature lui a tout offert pour pouvoir séduire un très grand nombre de touristes dans le monde : paysage fascinant, des vestiges historiques chargés d’histoire, des larges plages du littoral bien sablés, des cascades et chutes d’eau époustouflantes, les immenses plaines arrosées par le Niger et ses affluents, des îles de loos vivables, des fortins coloniaux éducatifs etc… Sauf que la mise en valeur de tous ces atouts font défaut en Guinée, un pays occupé durant des lustres par les puissances étrangères.

Le tourisme guinéen va mal ! Très mal ! En guise d’illustration, la forêt de Tangama à Dalaba au Fouta, fut une perle mais aujourd’hui, devenue une poubelle pour les riverains. Autrefois, nombreux étrangers surtout les suisses, y passaient régulièrement leurs vacances. A cause de la négligence notoire des autorités et même des populations, la forêt de Tangama a cédé aux constructions anarchiques et sert également de dépotoir d’ordures. Ceci n’est qu’un exemple dégoûtant parmi tant d’autres concernant des sites touristiques du pays se trouvant dans un état lamentable. Ça donne le tournis !

Faites un tour à la Forêt classée de « Kouyo », la plage de Nyabala à Yomou, le Musée de Boké et celui de Sandervalia à Conakry, les cascades d’eau de Lelou, la roche « Tounti » autrement appelé « Tounti Maladhè » et bien d’autres, le constat est amer et épouvantable.

Où va le budget annuel du ministère guinéen en charge du Tourisme ? Comment est géré ce fond ? A quoi sert l’office National du Tourisme de Guinée ? Autant de questions qu’on se poses vu l’image navrante qu’affiche l’ensemble des sites touristiques du pays.

En réalité, les personnes doivent jouer des coudes pour se prendre en photo devant la « « Dame de Mali » avec ses 1500 mètres d’altitude sur le Mont Loura, ou soit, au « « Voile de la Mariée » à Kindia qui par le passé, affichait avec élégance le naturel et l’exubérance de son environnement qui donnaient  la joie et le plaisir de la campagne. Des chants d’oiseaux, le bruit de l’eau qui y chutait de la colline, et le clapotis de l’eau sur les rochers, le tout était harmonisé dans un concert symphonique. Le Voile de la Mariée était un endroit paradisiaque. Personne ne pouvait résister à ses charmes. Il fut l’une des destinations les plus prisées de la sous-région ouest-africaine.

Si le secteur du tourisme guinéen a bénéficié d’une véritable success-story dans les années 80’, 90’ et 2000, il connaît de nos jours, de nombreuses difficultés indescriptibles liées à sa valorisation et sa promotion. Il est indispensable, comme l’ont fait au Sénégal, Mali et dans plusieurs autres pays, de développer une « conscience touristique » tant au niveau des autorités qu’au niveau de la population. Il faut une véritable politique de management et d’investissement incluse dans les grandes priorités de l’action gouvernementale.

Autant les mines, l’agriculture, l’élevage peuvent renflouer la caisse de l’État, autant le tourisme et la culture en sont capables et plus d’ailleurs.

« C’est vraiment triste de voir nos différentes merveilles dans un état délabré. j’ai eu des larmes aux yeux quand j’ai vu la Villa Syli à Mali où passait la nuit, l’ancien président Ahmed Sékou Touré. Que dire la « Pierre Sonnante » ? Il faut un éveil de conscience et une volonté manifeste des autorités pour réhabiliter nos sites touristiques à travers tout le pays ». Affirme  Idrissa BARRY, acteur culturel récemment en excursion touristique au Fouta (Moyenne Guinée).

C’est bien beau de construire des hôtels élégants, mais sachez que la survie et la rentabilité de ces édifices luxueux dépendent  en grande partie, du taux de fréquentation des touristes dans le pays.

Espérons que la nouvelle ministre du Tourisme et de l’Hôtellerie, Salla Fanta Fanyi Camara saura s’y prendre.

La ministre CAMARA, faites l’inventaire de tous les sites touristiques du pays il y’en a beaucoup, faites du lobby au niveau des institutions et des ambassades pour obtenir le financement, organisez les États-généraux ou la semaine du tourisme guinéen, invitez les vrais professionnels du secteur, faites le diagnostic et trouver définitivement des solutions pour sauver le tourisme guinéen.

SITANEWS©, Guinée

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici