TRIBUNE. Il y’en a plein dans la raclette ! On aurait tout vu et tout entendu dans le monde de la culture en Guinée jugé « machiavélique » et très « dangereux«  qu’on ne l’imaginait. Il est composé de succubes et même des aspics. Tant qu’il y’a des agneaux au milieu des loups, la mission sera toujours impossible, et c’est dans n’importe quel secteur d’activité humaine.

Le problème qui mine le milieu culturel guinéen est sans secret, ça crève l’œil : l’hypocrisie, la haine, les conflits d’intérêts, la méchanceté, la mégalomanie et les guerres intestines sont entre autres les plaies que traine le secteur depuis de longues années.

Désunion…

Si les acteurs culturels guinéens sont en lambeaux, il n’y a pas de raison que le navire ne chavire pas. Il ne sert à rien d’espérer bon, si vous partez en guerre en rang dispersé avec des fusils qui ne tirent pas.

L’union est le moyen sûr et efficace pour neutraliser les obstacles. Instaurer des fédérations ou des associations culturelles pouvant défendre l’intérêt collectif dans la transparence, est le piédestal d’un réel décollage culturel. Dans les autres pays comme le Sénégal ou le Mali tout près, l’expérience a donné des résultats convaincants. Pourquoi pas en Guinée ?

Nous le disions dans nos précédents articles : Vous n’êtes pas obligés de vous aimer, mais vous êtes condamnés à converger vos forces si vous voulez avoir des résultats. C’est une excellente démarche qui mène vers le succès. Mais malheureusement, cette notion capitale manque véritablement aux acteurs culturels guinéens. Ce qui est un moyen et une occasion pour l’exécutif de les fouler aux pieds, les léser à chaque occasion et s’en servir de boucliers à chaque processus électoral pour arriver à leurs fins.

Le problème des acteurs culturels guinéens, c’est eux-mêmes, et la solution n’est pas ailleurs. En vrai, le milieu culturel en Guinée est pire que celui politique qu’on estime plus diabolique. Tant que les conflits d’égos, de compétence et le manque de sincérité ne sont pas écartés du milieu, croyez que tout le monde va sombrer vif.

Comment voulez-vous que l’État vous accompagne dans vos différents projets si entre vous, vous vous mettez les bâtons dans les roues ? Balayez tout d’abord devant votre porte, constituez vous en association ou en fédération, responsabilisez vous, organisez vous, discutez en vrai entre vous, sinon le pire ne serait pas loin.

N’est-ce pas il y’a nécessité d’actualiser la Fédération des Opérateurs Culturels (FEDOC) et le Réseau des Managers d’Artistes de Guinée (REMAG) et quoi d’autres. Il y’a urgence !

Lisez Cet Autre Article En 30s : Tribune le Showbiz en Guinée, un milieu dangereux !

SITANEWS©

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici