[COUP DE GUEULE] Comme annoncé, des acteurs culturels en Guinée viennent de bénéficier d’un montant de 2 milliards GNF à titre de dommages occasionnés par le Covid-19. C’est salutaire !

Ce programme d’aide s’inscrit dans le cadre de la phase 2 du fameux plan de riposte économique en cette période de pandémie.

A présent, c’est la joie dans le secteur culturel guinéen. Depuis hier, l’on constate sur la toile une avalanche de publications laissant entrevoir la grande liesse des culturels du pays. Ceci dit, que l’union et la synergie d’actions pourraient amener les acteurs culturels vers l’exploit. Un bel exemple à suivre pour l’intérêt de tous. Mais c’est dommage qu’ils ne portent pas ensemble de vrais combats, des projets communs pour revaloriser leur secteur. Les défis sont grands comme celui d’amener les autorités à prêter plus d’attention et de considération au secteur culturel qui reste le piédestal et l’identité d’un pays.

Nul n’ignore aujourd’hui les tonnes de difficultés et des problèmes qui minent ce secteur. Ce qui remet en cause, son aspect professionnalisme et promotion. Le besoin est immense. Pour réussir le coup, il va falloir unir les forces et mettre en place de véritables structures pouvant défendre et protéger convenablement les intérêts communs.

La manière les acteurs culturels ont convergé leurs efforts et mis de côté leurs égos dans le but d’obtenir cette aide de 2 milliards, de la même manière ils peuvent aussi défendre d’autres intérêts : la construction des salles de spectacles, avoir régulièrement des financements ou des subventions annuelles auprès de l’État et des privés.

Mais tout dépend. Plus les acteurs culturels sont unis, plus ils sont pris au sérieux par les autorités. Mais plus la méchanceté, le sabotage, la sorcellerie, le désordre et les guerres intestines affectent les esprits, plus le secteur culturel s’enfonce dans le désastre. A cette allure, ni l’État, ni les sponsors et encore moins les mécènes, ne peuvent les accorder de l’attention particulière.

Si dans les autres pays, les acteurs culturels sont constitués en fédération ou en association pour défendre les causes communes, en Guinée, la réalité est déplorable : la haine, l’amateurisme et l’égoïsme ont fini par consumer le milieu. Dommage !

SITANEWS©

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici