L’Afrique est réputée pour la richesse de sa flore qui comprend plusieurs dizaines de milliers d’espèces végétales.

Ce nombre relativement restreint, contient des principes actifs remarquables, d’usages courants, mentionnés dans la pharmacopée moderne. Et la grande majorité des autres plantes, renferme d’immenses potentialités thérapeutiques, utilisée en médecine traditionnelle pratiquée par plus de 80% des populations africaines. Et cette pharmacopée dispose d’un arsenal infini de décoctions pour le traitement de plusieurs sortes d’infections (urinaire, respiratoire, oculaire…).

Il est, alors temps, chers amis, en cette période de crise sanitaire qui secoue la planète entière, avec son corollaire de désastre humain, social et économique, qu’on donne de la valeur à nos médecins (du peuple), j’allais dire traditionnels, les moyens de formaliser leur savoir faire pour mieux intégrer aux politiques de la santé publique.

Et assurer la formation d’autres, chargés d’enrichir la base de données médicinales, avec un répertoire riche et varié de nos produits. Et nos produits là, peuvent bien cohabiter, aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, avec la médecine moderne, qui s’appuie sur une recherche et une technique très onéreuses. Wo ama to toun. N’darè toun. Alou ya ma fènèn toun !!!!

Par Hadi CAMARA (Consultant de Sitanews, Guinée)

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici