DOSSIER. Le marché de l’événementiel en Guinée a toujours laissé entrevoir de véritables problématiques dans sa généralité. Difficile d’épiloguer sur ce sujet aux variantes multiples et aux casse-têtes d’envergure. Les difficultés sont si profondes, qu’elles sont quasi invisibles à l’œil nu. SITANEWS vous en dit plus.

Parfois, en tant que simple mélomane, novice ou connaisseur, on est tenté de dire que le monde de l’événementiel en Guinée ressemble  à « la jungle » où les « plus forts » torpillent les « plus faibles ». Les plus forts étant les structures qui ont acquis plusieurs années d’expérience sur la scène nationale. Les plus faibles sont naturellement les structures naissantes et qui ont toutes les peines au monde à se faire une place au soleil dans cet univers spécial.

Les entités de régulation suffisent-elles à redonner un nouveau visage à ce secteur ? Avons-nous besoin d’organiser les états généraux pour un diagnostic 360° afin de remettre tout à plat et de repartir sur des bonnes bases? Faut-il penser à mettre en place l’ordre du showbiz en Guinée pour régulation professionnelle et sociale ?  Faut-il vraiment institutionnaliser ce domaine ?

Ces questionnements ne sont pas vains ! Il règne une atmosphère délétère et polluée au sein de cet organe culturel. La pyramide est renversée, l’on a l’impression d’être dans  un navire sans boussole ni gouvernail. Tout le monde est commandant de bord à la fois. Ce qui laisse entrevoir en partie, un faible de niveau d’accompagnement  (sponsoring, mécénat, etc.) des actions collectives et individuelles relevant de ce secteur.

Les acteurs du Showbiz portent souvent un doigt accusateur, les grandes entreprises et institutions en Guinée pour leur manque d’implication efficace et significative pour le rayonnement et le développement de la culture en général et du showbiz en particulier.

Il s’avère quasi impossible ou très contraignant d’organiser un grand évènement sur fonds propres et gagner le pari. Les structures ne sont pas aussi indépendantes et autonomes pour pouvoir arriver au bout des projets. Les enjeux sont énormes et les défis sont d’ordre financier et matériel. Une vérité crève l’œil, celle de comprendre que les opérateurs culturels peinent à obtenir de l’aide lorsqu’il s’agit des évènements qui mettent souvent en scène, les vedettes locales. Paradoxe ! Les rares opportunités de subvention relèvent d’un parcours de combattant avec les organismes privés et publics.

Existe-il une forme de clientélisme ou de favoritisme dans l’octroi des financements quand il s’agit du Ministère de tutelle ? Cette interrogation reste pendante. Les grandes entreprises de la place sont-elles devenues exigeantes dans les critères de sponsoring ou de mécénat ?

 Pour la simple pédagogie, un sponsor est une entreprise qui soutient une personne, un organisme ou une action d’intérêt général, non pas dans un but philanthropique comme pour le mécénat, mais à des fins commerciales. Il octroi des soutiens financiers et matériels toujours en contrepartie de la promotion de son image de marque et de ses produits et services. Ce qui laisse entrevoir un retour sur investissement qualitatif et quantitatif. Très malheureusement, les critères définis ne plaident pas en faveur des acteurs du showbiz en Guinée y égard à la qualité de leurs produits. Les dossiers sont rangés dans les tiroirs et aucune suite n’est donnée aux différents dépôts.

Dans ce contexte, est-il judicieux d’en vouloir à un sponsor qui reste autonome dans ses principes de fonctionnement ? Mais il convient de faire remarquer qu’il y’aurait de plus en plus de favoritisme par endroits. Il suffirait juste d’avoir une entrée dans une entreprise de la place pour avoir le monopole des actions de sponsoring. Parfois, avec un service rendu non proportionnel à l’attente du client. Lorsqu’il y a échec dans l’organisation, c’est l’ensemble du mouvement du showbiz qui paie la facture amère.

Une chose est évidente. Aucun secteur ne saurait se développer ou avancer sans une volonté manifeste des différents acteurs qui le compose. Le showbiz en Guinée a besoin d’une nouvelle toilette pour se faire une peau neuve et une remise en question factuelle pour offrir un visage extérieur plus reluisant et séduisant. Au stade actuel, Il est plus victime du fonctionnement désordonné et laxiste de ses propres acteurs que des organismes extérieurs.

Si les choses ne changent pas dans le fonctionnement professionnel et moral du showbiz, la belle étoile sera encore plus utopique qu’authentique. A voir si dans un proche avenir, nos interrogations feront effet et tomberont dans des oreilles attentives !

Lamarana BARRY (Correspondant Sitanews, Guinée)

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici