L’UNESCO, en partenariat avec la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs (CISAC), lancera le 15 avril, ResiliArt, une série de débats virtuels visant à sensibiliser à l’impact considérable des mesures de confinement sur le secteur culturel avec la pandémie de coronavirus (COVID-19).

Le premier débat en ligne coïncidera avec la Journée mondiale de l’art mercredi 15 avril et mettra en vedette des professionnels et des artistes clés de l’industrie tels que la chanteuse et vice-présidente béninoise Angelique Kidjo, la réalisatrice de films documentaires Deeyah Khan et le président et musicien de la CISAC Jean-Michel Jarre.

Parmi les participants on retrouve aussi, le réalisateur et scénariste Luis Puenzo, le ministre croate de la Culture, la violoniste Nina Obuljen-Koržinek et l’auteure Yasmina Khadra.

Les participants aborderont un large éventail de sujets tels que la façon dont ils restent en contact avec le public en utilisant les technologies disponibles et l’état actuel de leur discipline artistique respective. Ils partageront également des recommandations pour aider les décideurs et les entreprises privées à développer des politiques et des mécanismes financiers adaptés pour aider les artistes à se remettre de cette période difficile et à renforcer la résilience des expressions créatives.

« Naturellement, cette crise a mis l’accent sur la santé et la survie. Mais le Covid-19 est également une catastrophe pour la culture », a déclaré Jean-Michel Jarre. « Il menace la perte de revenus à long terme pour les créateurs, les dommages aux économies et aux emplois, et la dévastation des communautés fondées sur la culture et les arts. C’est pourquoi la CISAC s’associe à l’UNESCO sur ResiliArt, pour faire entendre la voix des créateurs afin qu’ils puissent contribuer à l’élaboration de politiques efficaces par les gouvernements.

« Nous devons considérer la culture comme faisant partie de la stratégie de sortie de la crise actuelle, et les créateurs ont un rôle important à jouer dans l’élaboration de cette stratégie. Il est temps pour les secteurs culturel et créatif de s’unir, de se réunir et d’organiser des discussions pour proposer des solutions dans tous les pays. »

Après le premier débat, l’UNESCO habilitera les partenaires et les parties prenantes à organiser leurs propres débats ResiliArt et à rejoindre le mouvement.

Les parties prenantes intéressées peuvent accéder à plus d’informations sur la façon d’organiser un débat ResiliArt ici(link is external).

Le premier débat en direct commencera à 14 heures, heure de Paris. Suivre le direct ici(link is external).

Nous apprend Music in Africa

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici