Le monument de la musique guinéenne, Mory Kanté décédé vendredi 22 mai des suites de maladie, a regagné sa dernière demeure ce mardi 26 mai, au cimetière de Kipé en haute banlieue de Conakry.

L’émotion était si forte !

Malgré toute la psychose autour de la pandémie de Coronavirus, les guinéens étaient sortis pour rendre un dernier hommage à leur icône, Mory Kanté. L’affection oblige ! Pourtant, il était prévu que cette cérémonie de funérailles se déroule dans la stricte intimité.

L’émotion était vive : parents, amis, proches, collaborateurs, autorités religieuses et politiques, acteurs culturels, tous étaient affaiblis, consternés par ce voyage sans retour de Mory Kanté, l’auteur du tube planétaire « Yèkè Yèkè ».

Adieu l’artiste !

Mory Kanté, c’est une longue carrière teintée de gros disques et de grandes distinctions honorifiques à travers le monde. Son dernier prix date de 2017 (Grand Prix des Musiques du Monde de la SACEM à Paris). Il a été également élevé au grade de l’Ordre National de Mérite par le Président guinéen, Alpha Condé en décembre 2019.

A son vivant, « Monsieur Top 50″ comme on l’appelait, a sorti plusieurs opus ayant conquis l’humanité avec succès : « Courougnegne » (1981); « N’diarabi » (1982); « A Paris » (1984); « 10 kola Nuts » (1985); « Akwaba Beach » (1987); « Touma » (1990); « Nongo Village » (1994); « Tatebola » (1996); « Tamala – Le Voyageur » 2001; « Best Of » 2002; « Sabou » (2004). Le dernier album de Mory est aussi sorti à Paris, « La Guinéenne » sorti en 2012.

En novembre 2019, la légende Mory Kanté a dédicacé à Paris son premier livre « COCORICO – Ballade d’un Griot « .

L’artiste est parti, mais pas pour de bon. L’art rend immortel, dit-on. Les Oeuvres de Mory Kanté demeureront les vrais classiques indémodables de la musique africaine et du monde.

Lancé Sano (Sitanews, Guinée)

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici