[Libre Opinion] Tout d’abord, rendons hommage à nos vaillants et intrépides icônes arrachés à l’affection des guinéens. Je veux citer ici Kouyaté Sory Kandia, Aboubacar Demba Camara, Kadé Diawara, Italo Zambo, Mory Kanté, Mamadou Aliou Keita – N’jo Léa et bien d’autres gloires qui se sont saignées pour défendre l’honneur et l’intégrité de la culture et du football guinéen.

Monsieur le Ministre Bantama,

la valeur d’un homme d’État se mesure à sa propension d’écoute et de critiques. Les guinéens ne vous en veulent pas personnellement, mais ils souhaiteraient tout simplement que vous fassiez preuve de bravoure et mener à bien la mission pour laquelle vous êtes nommé ministre des sports de la culture et du patrimoine historique où la vie d’une grande partie des guinéens en dépend.

Ce n’est ni un sabotage, ni un boycott, encore moins une antipathie contre votre personnalité, mais un sens élevé de responsabilité que les acteurs culturels et sportifs vous demandent.

Ailleurs, la culture et les sports sont deux vecteurs définissant l’identité et l’honneur d’une nation. Vous avez une grande responsabilité à ne pas négliger. Le monde vous regarde et l’histoire vous demandera forcément des comptes.

Ça ne sert à rien d’affronter le monde avec des muscles. C’est une guerre asymétrique. Souffrez d’écouter les critiques et suggestions pour redorer le blason. Loin des litiges inutiles, le monde de la culture et celui des sports en Guinée ont besoin des actions fortes.

Vous gérez un ministère qui a de la même valeur que ceux des mines et de la géologie, de l’agriculture, de la justice, de l’économie et des finances, du budget, bref, votre département incarne toutes les valeurs et l’oligarchie pour se tailler les mêmes budgets de fonctionnement et d’investissement que ces ministères cités-haut.

Monsieur le Ministre Bantama,

des mesures fortes doivent être prises pour clouer le bec de vos protagonistes. Évitez votre résistance insensée et inopportune qui ne vous servent à rien. Offrez de la joie et le courage aux hommes de culture pour faire du miracle, aux sportifs de bien mouiller les maillots pour amener notre pays sur orbite. Toute autre initiative contraire, ne fera que vous exposer et conduire votre département tout droit dans le mur.

Monsieur le Ministre,

vous n’êtes nullement pas en manque criard de mains qualifiées. Au contraire, Laissez-moi vous rassurer que vous en avez à foison. Fodéba Isto Keira, Jean Baptiste Williams, Lancinet Kabassan Keita sont des parfaites illustrations. Alors, réinventez-vous Monsieur Ministre ! Et sachez que votre influence politico-propagandiste et l’expérience de vos cadres émérites pourraient faire bon ménage pour des exploits à la tête d’un département aussi stratégique et important que le vôtre.

L’organisation du festival national des arts et de la culture (fenac), la journée porte ouverte sur les ensembles artistiques nationaux, la saison culturelle et sportive, la quinzaine artistique, la prise en charge des anciennes gloires du Hafia 77 et des orchestres nationaux, etc. sont de belles actions ostentatoires pour lesquelles nous vous félicitons vivement. Mais il y’a encore du travail, oui, du gros travail : jusqu’ici, la Guinée n’a pas encore son palais de la culture. Le seul espace où tout le monde se produit, est bien la salle des Congrès de l’unique Palais du Peuple de Conakry qui se trouve d’ailleurs dans un piteux état. Retroussez les manches Monsieur le Ministre ! Trêve de discours, place au travail.

L’idée de mettre en place le document de la politique culturelle nationale est un grand pari que vous avez gagné. Mais, il serait encore plus important d’épuiser les différentes préoccupations qui le contiennent.

S’il vous plaît Monsieur le Ministre,

nous vous demandons d’allouer un budget conséquent au fond de Développement des Arts et de la Culture (Fodac) pour son fonctionnement. Jusqu’à date, il est encore fictif.  Les acteurs culturels attendent également de vous, l’organisation les États Généraux de la Culture pour poser un vrai diagnostic et trouver des sédatifs.

Le forum international sur les industries culturelles sera aussi le bienvenu. Faire des concours littéraires et l’inventaire du patrimoine culturel seront salutaires.

J’allais oublier. Monsieur le Ministre, faites promulguer le cadre juridique, légal et règlementaire du patrimoine historique et culturel du pays. Cela épargnera la Guinée des dangers liés aux vols, aux pillages, aux destructions et aux trafics illicites de nos riches patrimoines culturels. Il y’a encore de gros challenges Monsieur le ministre auquel vous devez faire face.

Il serait également très intéressant d’actualiser le fameux projet de partenariat entre votre département et la société NSIA, pour l’assurance maladie des artistes.

Au BGDA (Bureau Guinéen du Droit d’Auteur), il y a problème. Les artistes sont insatisfaits. Les montants que vous leur donnez par an sont modiques. Nous vous rappelons que vos différentes directions et démembrements souffrent du manque de subvention conséquente pour bien fonctionner. Autant de frustrations qui minent votre département. Faire face à ces défis importants, vous pourrez sortir par la grande porte et écrire votre nom en lettres d’or de l’histoire de ministres de la culture en Guinée.

Monsieur le Ministre Bantama,

je voudrais vous inviter à soigner votre communication et faire preuve de retenue face aux vagues de critiques et « provocations » dont vous faites l’objet ces derniers temps et depuis toujours d’ailleurs. Vos prouesses seront vos meilleures répliques et votre gros fouet.

Une doléance : si vous êtes arrivé au bout de vos efforts, nous vous demandons humblement de démissionner dans la dignité avant qu’on ne vous montre le chemin de l’honneur. S’il vous plaît Monsieur le Ministre !!!

Par Sita CAMARA

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici