Vendu à plus de 5 millions d’exemplaires, « Yéké Yéké » de Mory Kanté est l’un des plus grands succès commerciaux pour une chanson africaine. Extrait de l’album « Akwaba beach », le tube du « griot électrique » a envoûté le monde entier dès sa sortie en 1987.

Composé par Mory Kanté, le titre, une histoire d’amour en Mandinka, allie de façon géniale, puissance entraînante du funk, boucles acid entêtantes, magie décuplée de la kora électrifiée, agrémenté d’autres instruments traditionnels, balafon, djembé, conga, bolon…

Un mix surpuissant et irrésistible qui fait de « Yéké Yéké », un des plus grands classiques de la musique africaine et mondiale.

La première version est composée en 1980 et sort dans l’album, Mory Kanté à Paris (France) publié en 1984.

Insatisfait du morceau, le musicien guinéen ré-enregistre la version que l’on connait avec le producteur Nick Patrick. Cette fois-ci, il propose une interprétation courte, électrique et dansante, qui va figurer sur l’album Akwaaba beach produit par la maison de disque Barclay. Et ça marche !

« Yéké Yéké » atteint rapidement le sommet des hits parades mondiaux, dans plusieurs pays, Belgique, Finlande, Israël, Pays-Bas, Espagne. Il est classé 2e dans les charts allemands et suisses. En France il arrive 5e.

Partout dans le monde, les ventes s’envolent, Mory Kanté décroche le disque d’or et remporte le prix du meilleur album francophone des victoires de la musique en 1988.

Les tournées triomphantes se succèdent. C’est un véritable plébiscite. Débuts des années 90, Mory Kanté est l’un des plus grands noms de la musique africaine dans le monde.

La popularité de « Yéké Yéké » est telle que les adaptations et les remixes se multiplient partout. En 1994, un duo allemand propose un remix techno du titre.

En Grèce, en Angleterre, mais aussi Hong Kong, où une chanteuse pop, publie un cover. Partout dans le monde, les chanteurs s’accaparent de la chanson du Guinéen.

Le cinéma mondial n’est pas en reste.

À Bollywood, il est utilisé sur le film Agneepath sorti en 1990. Il inspirera plusieurs autres chansons dans des productions cinématographiques indiennes.

À Hollywood, le titre fait partie des musiques qui accompagnent le film, La Plage de Danny Boyle avec la super star Léonardo Dicpario.

Le succès de la chanson dépasse les frontières de la musique, c’est véritablement un tube planétaire. « Yéké Yéké » reste à ce jour, l’un des plus grands succès d’un artiste africain à l’échelle mondiale.

C’est un véritable chef-d’oeuvre qui symbolise la contribution fabuleuse de Mory Kanté à la musique mondiale, mais aussi son legs aux générations actuelles et futures des artistes africains, un héritage puissant, dynamique qui irrigue le monde tout en restant ancré dans les traditions africaines.

Lamine Ba (MIA)
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici