PODCAST. L’artiste nigérian Burna Boy remplit les salles de concert dans le monde entier, enregistre des duos avec les icônes pop les plus en vue… sans pour autant être connu du grand public français. Comment expliquer son succès ainsi que celui de l’afrobeats, un courant musical très populaire en Afrique et désormais en Occident ? Explications avec le journaliste Lucas Minisini.
Par Cyrielle Bedu (LE MONDE)

PODCAST. A ÉCOUTER ICI 
Le 10 novembre 2021, la salle de concert AccorHotels Arena, à Paris, affiche complet. Ce soir-là, près de 20 000 personnes sont venu assister au concert du nigérian Damini Ebunoluwa Ogulu, alias « Burna Boy ». Star dans son pays, le trentenaire l’est devenu aussi en Europe et aux Etats-Unis. Il enchaîne les collaborations avec les artistes les plus en vue, de Beyoncé à Chris Martin, du groupe Coldplay, en passant par le chanteur sénégalais Youssou N’Dour.
Lucas Minisini, journaliste pour « M Le magazine du Monde », revient dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde » sur le parcours de Burna Boy, ainsi que sur celui de toute une génération de jeunes artistes nigérians, dont les morceaux d’afrobeats dépassent largement les frontières de leur pays, et s’imposent dans l’industrie musicale mondiale.
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
30 ⁄ 2 =