Intitulé : « FEMMES MIGRANTES, ACTRICES DE LA SOCIÉTÉ », ce film documentaire du réalisateur Guinéen Arthur Kolié est sélectionné officiellement à la 32ème édition des Journées Cinématographiques de Carthage en Tunisie qui se déroulera du 30 au 6 novembre.
Arthur Kolié, réalisateur et cinéaste guinéen
Cette œuvre majeure d’Arthur Kolié sera en compétition avec d’autres réalisations dans la catégorie « court-métrage ». Le réalisateur et producteur guinéen est officiellement invité pour non seulement présenter son nouveau film mais aussi, participer au grand débat avec le public.
Pour le cinéaste, « Les femmes migrantes sont particulièrement actives mais sont aussi les plus touchées par les difficultés ». C’est dans cette perspective que Arthur Kolié a réalisé ce documentaire avec le soutien de la Cocof et du Nimis Groupe. À travers ce film, le réalisateur nous montre le parcours d’une femme migrante guinéenne Tiguidanké Diallo, Actrice de cinéma et théâtre, diplômée en droit des Affaires d’une université sénégalaise. Ce portrait lui sert d’alibi pour aborder les difficultés auxquelles les femmes migrantes font face notamment : les violences – l’accès au droit d’asile – les femmes persécutées pour des motifs liés au genre – des femmes travailleuses sans papiers – l’accès aux soins – la détention de femmes migrantes dans des centres fermés – etc.
AFFICHE : Film « FEMMES MIGRANTES, ACTRICES DE LA SOCIÉTÉ » écrit par Arthur Kolié
Arthur Kolié montre aussi une autre image de ces femmes qui se battent pour favoriser leur insertion professionnelle ou qui veulent une meilleure reconnaissance de leurs diplômes et leurs expériences professionnelles acquises dans leurs pays d’origine.
L’objectif de ce documentaire qui sera projeté en terre tunisienne, est de sensibiliser, d’informer et de de mobiliser un nombre important de ces femmes migrantes sur la compréhension de leurs droits et devoirs, également les informer sur les associations actives dans l’accompagnement des personnes migrantes.
Dans ce film de 35 minutes, le réalisateur dénonce aussi les politiques anti-migratoires des États européens et celles dites de « justice, liberté, sécurité » (JLS) conduites par l’Union européenne qui pèsent de plus en plus lourdement sur les pays du Maghreb.
Arthur Kolié estime que l’« Europe impose à ses voisins par voie de coopérations et de partenariats dominés, la sous-traitance des tâches de traque, dissuasion et éloignement des migrants. Avec aussi un intérêt financier à collaborer, le Maroc, comme d’autres pays limitrophes, devient un terrain d’expérimentation avancée des logiques de répression et d’enfermement de ceux qui s’exilent vers l’Europe ».  Par conséquent, les relations euro-méditerranéennes, dit-il, se trouvent ainsi orientées essentiellement par cette lutte contre l’immigration. Athur soutient que « tous les pays devraient accueillir les personnes persécutées dans leurs pays d’origine ».
Sitanews© 
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
38 ⁄ 19 =