Nous sommes en fin d’année ! Et c’est fou ! Conakry à l’instar des autres capitales, bouillonne au rythme des préparatifs du réveillon. C’est à tous les niveaux y compris le marché de l’événementiel. Là, c’est comme un panier à crabes. C’est la guerre des intérêts. Nombreux broient leurs proies au premier regard. À cette période féconde du show-biz guinéen, les promoteurs veulent s’attirer le maximum de public. Et chez certains, peu importe la forme et les conséquences. Enjeux et stratégies de cette période de vache laitière, Sitanews© vous en dit plus !

Dans la capitale guinéenne, les événements se bousculent à grande pompe, se piaffent et se trépignent à l’aurore de la Saint Sylvestre. C’est la guerre des intérêts sur fond de vacarmes médiatiques. La concurrence se révèle ardue entre les salles de spectacles, les grands hôtels de luxe et l’unique chapiteau de la ville. Une adversité factice entre des promoteurs « avides ». C’est la traite – La période est juteuse. Eh oui, c’est quand même Noël et le réveillon ! À la fin, chaque organisateur d’événement veut faire une belle moisson. Que faire ? cependant, il va falloir se livrer à un marketing de communication sourd et aveugle. Beaucoup d’événements sont annoncés à Conakry mais les stratégies diffèrent pour faire le carton plein. Par endroits, les concepts mêmes se confondent. Mais les noceurs feront le choix entre boîtes de nuit, chapiteaux, restos, bouchons, hôtels, fast-food, ou simples retrouvailles dominicales entre familles, amis ou collègues de travail.

Sur toute l’année, le mois de décembre est la période la plus lucrative pour les promoteurs, mais aussi pour les artistes au top qui pourraient toucher à de gros cachets. Qui va se laisser faire ?

A LIRE AUSSI : Le Showbiz en Guinée, un milieu dangereux !

Par Sitanews©

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici