Crédit photo d’illustration : 2K Studio

Le SALEC, c’est fini ! Kadiatou KABA et son équipe s’en sortent haut la main. Il s’agissait de la toute première édition du Salon de la Lecture à Conakry ayant mis en compétition des jeunes lycéens(nes) et universitaires de la capitale. Juste après la cérémonie de clôture de l’événement, le vendredi, Mademoiselle Kaba a bien voulu répondre à nos questions – Par SITANEWS©, Correspondance Conakry

Le SALEC est fini, et comment tu te sens ?
Apaisée, soulagée, réconfortée.
N’est-ce pas ça n’a pas été facile ?
Non pas du tout. On a vu toute sorte de méchanceté et de mépris. Mais, ne dit-on pas que : tout ce qui ne tue pas, rend plus fort ? Eh bien, c’est cela.
Et si c’était à refaire, pourras-tu encore être capable de relever le défi avec ton équipe ?
Oui et mieux, sans nul doute. La détermination et l’engagement restent notre devise.
Comment expliques-tu l’exploit du Salec ?
Bha, je pense que c’est l’effort de l’équipe qui a été récompensé. Nous avons passé des nuits blanches à travailler dur et très dur. On voulait prouver qu’une première édition peut réussir quand on prend des dispositions nécessaires et qu’avec peu de moyens, on peut faire de grandes choses.
SALEC, en trois mots. Que diras-tu ?
Passion, patience, persévérance. Donc, trois « P ».
Revenons 2 ans en arrière, est-ce que tu étais encore si optimiste de pouvoir voir le bout de la carotte ?
Pas vraiment. Mais, on savait toujours que « vouloir, c’est pouvoir ». Alors, pour nous, il fallait trouver la passion ensuite, foncer.
A quel moment tu t’es dit que c’est possible, vraiment ?
C’est quand j’ai vu que la lecture me faisait des ouvertures ; que la lecture me fabriquait et voir que peu s’intéressaient à celle-ci, je me suis dit tout de suite – fonce – éveille les consciences – sers-toi de ton histoire – aide les autres. Pour nous, le SALEC est une façon d’aider les autres, mais surtout les jeunes.
Peux-tu encore faire plus, si les moyens sont là ?
Oh oui, bien sûr, on a envie de faire tellement de choses. Il nous suffit un peu plus de moyens pour réaliser des miracles. Oui, nous en avons les capacités.
A quoi peut-on s’attendre à la saison #2 ?
La saison 2, nous étendrons l’événement sur l’ensemble du territoire national et on donnera la chance à maximum d’écoles et d’universités d’y prendre part. Ainsi, plusieurs auteurs seront promus, de même pour leurs ouvrages. On se limite là.
Pour finir, tu as certainement un message à faire passer
Au nom de mon équipe, je voudrais inviter chacun et tous à la lecture. Car, il n’y a pas de formation intellectuelle sans la lecture. Aussi, on souhaiterait qu’il y ait des sponsors sérieux la prochaine édition et des véritables soutiens. C’est d’ailleurs le lieu de remercier tous nos partenaires et soutiens qui nous ont crus dès cette première édition.
Merci à vous également pour le soutien inconditionnel.
LIRE AUSSI : « Salon de la Lecture » à Conakry : Cinq questions à Kadiatou Kaba
Par SITANEWS©
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
13 × 30 =