ERRATUM. L’un des orchestres nationaux les plus célèbres et emblématiques en République de Guinée, Camayenne Sofa, a 48 ans ce mardi 11 mai. A l’occasion de cette date d’anniversaire, Jean Baptiste Williams, membre du groupe, a bien voulu répondre aux questions de SITANEWS© à Conakry. La genèse, le parcours élogieux et les œuvres majeures de Camayenne Sofa, nous en avons débattu avec notre invité exceptionnel, Jeannot ! Lisez. Interview réalisée par Sita_CAMARA©
PHOTO. Jean Baptiste Williams est aujourd’hui, Directeur national de la culture
11 mai 1973 – 11 mai 2021, cela fait exactement 48 ans que l’orchestre Camayenne Sofa est créé. Vos sentiments ?
JBW : Je suis animé d’un sentiment de fierté d’avoir activement participé à la gigantesque œuvre de réhabilitation et de diffusion de notre riche patrimoine artistique et culturel. Ensuite , j’ai un sentiment de tristesse et de douleur pour 12 de nos compagnons qui ont répondu à l’appel du Très Haut. Que Dieu continue de veiller sur leurs illustres âmes. Amen !
Parlez-nous de l’historique de Camayenne Sofa ? 
JBW : Au départ, c’était une jam session née de la volonté du très cher regretté Papa Kouyaté. Son premier souhait était de faire enregistrer un poème dédié à Feu Aboubacar Demba Camara chanteur du Bembeya Jazz National qui venait de nous quitter le 3 avril 1973. Papa Kouyaté fait sa proposition à JMJ (Justin Morel Junior, ndlr) alors étudiant stagiaire à la Voix de la Révolution et moi-même, JB Williams. Les 3 guitaristes du Kaloum Star de Conakry : Mamadouba MC Camara (guitare solo), feu Salia Camara (guitare médium), Bossely Keita (guitare basse) sont coptés et Ange Miguel au chant. Dans cette composition, nous entrons en studio le 11 mai 1973 et sommes enregistrés par le célèbre ingénieur du son Moussa Konaté Moïse. C’est le point de départ, et la saga va se poursuivre après le départ des premiers cités plus haut, avec l’intégration de mes frères et amis comme : Ahmed Caba (guitare medium), Riad Chaloub (harmonica et chant), Youssouf Bâ (chant) Mamadi Cala Camara (lead vocal), Feu François Koïvogui (guitare basse), Feu Pierre Koïvogui (guitare médium et batterie), Karamoko Touré (tumba), Feu François Beavogui (orgue électrique), Feu Lamine Doumbouya Castro (tumba et chant), Feu Mamadi Diané Malien, Italien Touré (Régisseur et technicien).
Camayenne Sofa a connu des années fastes
Et si on vous disait de définir en 3 mots, le parcours de Camayenne Sofa. Que direz-vous ?
JBW : Succès, bonheur et humilité.
Quels ont été les plus gros succès de Camayenne Sofa ?
JBW : Ils sont nombreux pour en citer quelques-uns dans notre riche répertoire par exemple : « Super konyokoura », « Kononin », « Wère wèrè », « Tara », « Maki tara », « Labanthè », « Kpova », « Gbamounyalé », « Laméleya »,  « Mabeï lavani », « Karamoko », « Dougoulamini », « M’borin », « Fémara », « Khanouya », « Silolé », « M’ma tumbui », « Mariage », « Unité nationale »,  « Tina gbamou », « Chacun son tour », « Firi firi », « Toumé », « Fifi », « Dalamoya ». J’en oublie à propos, je demande l’indulgence des nombreux fans et mélomanes.
En écoute : https://www.youtube.com/watch?v=mdGO7RiX-2U
Rappelez-nous de la discographie de cet orchestre national dont les œuvres ont traversé les époques et qui restent et demeurent des véritables classiques de la musique guinéenne ?
JBW : 3 disques vinyles (33 tours) et 5 (45 tours) édités par la régie nationale Syliphone, une auto production d’un album (Silolé, Unité nationale, Tina gbamou…) enregistré à Cotonou au studio de la SATEL et des centaines de chansons produites à la RTG (Radiodiffusion et télévision nationale).
Que devient Camayenne Sofa après 48 ans ? Quelles sont ses nouvelles ? A-t-elle disparu comme tant d’autres grands orchestres nationaux ? Parlez-nous de ses difficultés s’il y’en a bien sûr.
JBW : Comme tous les orchestres créés sous la 1ère République, nous avons connu d’énormes difficultés pour survivre. Par contre, nous avons su (Camayenne Sofa) nous adapter à la nouvelle donne, notre autoproduction sur fonds propres (Silolé, Unité nationale) en 1987 en fait foi. Aussi, les charges administratives pour certains d’entre nous qui sont en vie par la grâce divine et les nombreux décès au sein du Camayenne Sofa ont impacté sur notre présence dans l’arène musicale de notre pays la Guinée. Qu’à cela ne tienne, nous nous sommes donnés le loisir de satisfaire nos nombreux et respectueux fans et mélomanes en nous produisant à l’occasion de certains de nos anniversaires et à renouer un contrat avec notre hôtel historique « Palm Camayenne » il y a 2 ou 3 ans. Malheureusement, le contrat a été unilatéralement rompu à notre insu.
Réécoutez « Silolé » ICI
L’orchestre en tant que tel a une relève composé outre nous les membres fondateurs de Pierre Fernandez (guitare médium), Fodé Momo (tumba), Kova Béavogui (guitare basse), Nikita Williams (batterie), Doura Tinka (guitare d’accompagnement), Sekou Souris Touré et Mamadi Sidimé (chant).
Pour finir, quel est votre regard de professionnel sur la musique guinéenne actuelle ? Avez-vous des suggestions à l’endroit de la nouvelle génération ?
JBW : Je vous remercie de la question. Je félicite les jeunes qui prennent l’option du professionnalisme dans ce noble métier. S’ils se soumettent à des règles établies en la matière et restent très enracinés dans nos valeurs, il n’y a pas de doute qu’ils redorent le blason sur l’échiquier international. Pour se faire, il faut travailler d’arrache-pied et éviter de tomber dans la facilité pour des succès éphémères. Il faut travailler dans la durée. Nous, nous sommes fiers de constater que nos œuvres ont résisté à l’usure du temps puisqu’elles n’ont pris aucune ride à l’écoute toujours agréable.
Redécouvrez « Tara », l’un des gros tubes de l’orchestre. Cliquez ICI
Je salue tous mes collègues musiciens de l’orchestre galaxie de la capitale, le Camayenne Sofa. Hommage à nos défunts amis, à notre chère défunte marraine Mme Béavogui Delphine, à nos défunts Présidents et actuel, notre gratitude d’avoir gratifié certains d’entre nous en nous confiant d’importants postes à responsabilités au sein de l’administration guinéenne. Merci au peuple de Guinée et à nos nombreux fans et mélomanes. Dieu sait qu’ils sont nombreux. Vive la musique africaine de Guinée. Je vous remercie.
Par SITANEWS©
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
26 − 16 =