FEU !!! Les spectacles sur la grande scène de la 13e édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA) a démarré jeudi 9 septembre à 22 heures à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS) à Abidjan.
Retardé de plus d’une heure à cause de la pluie, le FEMUA 2021 part sous les meilleurs auspices. Le présentateur emblématique dudit festival, l’homme de média et de culture, Serge Fattoh a annoncé le show qui a su virer à une belle ambiance.

C’est parti pour une soirée époustouflante
Le lauréat du Prix Découvertes rfi 2020, Young Ace Wayé a ouvert le bal. Ainsi, il démarrait sa tournée africaine. Ce fut une découverte pour le public ivoirien mais très vite, le jeune chanteur congolais a séduit les festivaliers de par sa qualité de chant et prestation.

Le show était bien lancé. Les prestations s’enchaînent avec le chanteur et joueur de kora ougandais Joel Sebunjo. Avec sa puissante voix, Joel emporte le public dans son univers musical traditionnel, électrique et percutant de son pays qu’il associe bien avec des sonorités mandingues ouest africaines. Un vrai régal et le mercure avait atteint son paroxysme. Entre deux prestations, le comédien et humoriste ivoirien Adama Dahico a fait son show dont lui seul a le secret pour tenir merveilleusement en haleine les festivaliers.

Ariel Sheney met le public d’accord 
Le « petit nouchi » d’Abobo ne se fera pas prier. Ariel Sheney sort le grand jeu. Ovationné par le public, il enflamme la scène du FEMUA. Il livre ses gros tubes et le public lui rend bien en l’accompagnant. Talentueux instrumentiste et fidèle à son clavier, Ariel Sheney, ses musiciens et danseurs sont en parfaite synchronisation. L’ambiance est totale. Avant de quitter la scène, il rend un vibrant hommage à son défunt mentor DJ Arafat en interprétant la chanson « Tala n’dilé ». C’était très émouvant ! Ariel Sheney a juste assuré.

Très attendu par le public, le présentateur Daouda Sané annonce le chanteur burkinabé Floby. Avec sa guitare, le « kirikou d’Afrique » était comme chez lui à la maison. Dès les premières notes, Floby a donné le ton d’une ambiance à l’africaine. Il a marqué de points et a fait vivre le public des émotions fortes. Il louvoie entre des chansons aux rythmes traditionnels, le reggae, la musique électrique et celle urbaine. Ce chanteur engagé avec un timbre vocal propre à lui, Floby a enflammé la scène du FEMUA sous une pluie qui n’a pas découragé le public. La température dépasse la normale.

Soum Bill passe en revue sa belle discographie 
Qui mieux pour boucler cette première grande soirée ? Le chanteur ivoirien Soum Bill nous a replongé dans les premières heures du zouglou. Artiste conscient, engagé et mélodieux, « le salopard » a revisité quelques classiques de son riche répertoire avec des titres comme « bénis-moi », « La république des présidents », « L‘un pour l’autre » et bien d’autres. Avec des textes puissants, il a livré des messages forts à l’endroit de la jeunesse et des politiques. Impressionné par l’osmose de cette soirée malgré la pluie, Soum Bill était ému et il a su faire le show avec le public très surchauffé. C’est aux environs de 4h 30 du matin que les rideaux de cette première soirée sont tombés.

Pape Diouf du Sénégal, Zahara (Afrique du Sud), Mala Rodriguez (Espagne), Magic Diezel de la Côte d’Ivoire et bien d’autres sont les prochaines grosses têtes d’affiche.
Par Aly Bongo LENO depuis Abidjan pour ©Sitanews
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici