Natu Camara est en séjour sur les terres de ses ancêtres, mais ce n’est pas du tout repos pour elle. La chanteuse vivant aux États-Unis d’Amérique a profité de son voyage en Guinée pour produire un super titre M’bembé. C’est une ode à la fois, à l’identité culturelle et la quiétude sociale. Cette grosse production de Natu est soutenue par le PNUD. D’ailleurs, c’est au siège de cette institution onusienne à Conakry que l’artiste a officiellement présenté à l’issue d’une conférence de presse son œuvre ce début de semaine.
Natu Camara au PNUD
Cette chanson et son clip de plus de trois minutes, sont entièrement réalisés en Guinée et par sa main d’œuvre locale. L’œuvre met en valeur la culture guinéenne dans toute sa beauté et diversité. Cela, à travers les instruments et les rythmes. A cela s’ajoute, l’usage du textile du terroir dans le clip et le tout présenté dans le beau paysage guinéen.
Au-delà de l’aspect valorisation de l’identité culturelle, Natu Camara prône dans sa chanson, des messages de paix, d’unité nationale et de réconciliation en cette phase cruciale de l’histoire de la Guinée. Mais mieux, ce morceau rend surtout hommage aux braves femmes et aux martyrs de la nation dont les illustres résistants de la colonisation notamment Samory Touré, Alpha Yaya, Zégbéla Togba et autres.
« C’est avec fierté que nous présentons ce projet. « M’bembé » est un appel à la prise de conscience à la réconciliation sur ce qui est nécessaire pour la Guinée. C’est un appel à l’unité et à la paix. La Guinée est un beau pays. Cette œuvre est faite dans le but de sensibiliser… Mon devoir c’est de vendre la Guinée, montrer la valeur de la Guinée. » A dit Natu Camara en substance.
Suite à cette présentation de son portrait-robot de ce projet, ce single assorti d’un somptueux clip sera officiellement disponible samedi 14 janvier 2023. Mais avant, découvrez le teaser sur la page officielle de Natu Camara sur Facebook.
Il faut signaler que M’bembé est l’extrait du deuxième album de Natu Camara dont la sortie officielle est prévue en mars. Ce projet bénéficie d’un soutien institutionnel de PNUD.
Par notre correspondant à Conakry, Ibrahima SOYA
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici