Rappel. Pour la quatrième année, Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, va abriter les Rencontres musicales africaines (Rema) les 14, 15 et 16 octobre 2021. Des conférences, des panels, des showcases et des keynotes caractérisent cette nouvelle édition.
Par Sanni Fara, correspondant de ©SIitanews au Burkina Faso
Le Ouaga s’apprête à organiser de nouveau, la grande retraite des professionnels de la filière musique en Afrique. Durant trois jours, les participants vont tabler sur des questions plus pratiques et essentielles. Par exemple : comment rendre le secteur de la musique plus lucratif pour les économies du continent. Cette problématique interpelle toute la chaîne de production et de diffusion des œuvres musicales : artistes, managers, distributeurs, bookeurs, diffuseurs, tourneurs et même la presse culturelle.
Le thème retenu cette année est : La rémunération pour copie privée, moteur pour la création musicale en Afrique. Les organisateurs mettent tout en œuvre pour réussir cette édition qui annonce ses couleurs sous la menace de la Covid-19.
 REMA, Rencontres musicales Africaines
Rema 2020, une réelle satisfaction 
L’année dernière, les Rencontres musicales africaines (Rema) étaient très riches en enjeux. L’option numérique était au cœur des débats. Tous les participants étaient presque unanimes que le phénomène de la digitalisation est un vecteur important et puissant pour l’avenir des industries culturelles et créatives. Alors, comment développer des outils adaptés ? Telle était le fondement des réflexions.
L’idée des Rema, c’est d’établir une véritable connexion entre les professionnels de la musique. Ensuite, instaurer un cadre d’échanges et de partages d’expériences. Cet événement est porteur d’espoir pour un véritable business dans le domaine de la musique africaine.
SITANEWS©Burkina Faso
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici