Comme promis, SitaNEWS© publie la suite de l’interview de Eva SINAYOKO, l’épouse de OUDY 1ER. Selon elle, ça fait 13 ans qu’elle est mariée à l’auteur du titre « Tchoumakaya ». Mais elle accuse son mari d’avoir « refusé de reconnaitre ses enfants ». Par conséquent, elle entend trimbaler OUDY devant les instances de justice en France. Cela pour laver l’honneur de ses enfants.
A quel moment votre mariage a eu lieu avec OUDY ?
« D’abord, on a fixé la première date. En ce moment. Mais après, la famille a reporté. Parce qu’apparemment, dans le calendrier musulman, il y a un mois dans lequel on ne doit pas célébrer un mariage. »
Comment vous vous êtes sentie après ce report ?
« Cela m’a beaucoup affecté. Parce qu’il ne restait que quelques jours seulement. Franchement, j’étais sous le choc. »
Parlez-nous de la suite.
« Vu que j’étais très affectée, trop stressée, OUDY a décidé de me faire quitter la Guinée. On a fait le Visa à travers un Monsieur qui était le copain d’une amie à moi. Le Monsieur s’est engagé, et OUDY lui a promis de lui payer. Jusque-là, je me permets de vous dire que le Monsieur n’est pas entré en possession de son argent. »
A combien s’élève le montant ? Le savez-vous ?
« C’est sept mille (7 000) euros (l’équivalent d’à peu près 70 millions de francs guinéens maintenant NDLR). OUDY avait un véhicule Chrysler de couleur noire qu’il avait mis en gage jusqu’à ce qu’il finisse de payer les 7 000 euros. Mais il n’a jamais honoré ses engagements vis-à-vis du Monsieur. Il a fallu que ma sœur paye 20 millions GNF. J’avais 1000 dollars sur moi que j’ai payés aussi. Et lui OUDY n’a payé que 500 euros. Finalement, le Monsieur a même laissé tomber cette affaire à cause de notre lien. Après, il a dit à OUDY d’aller reprendre sa voiture. Et Salif Kouyaté, son ex-manager est allé la récupérer. »
Pourquoi expliquez-vous cette partie avec des précisions ?
« J’explique cette partie parce qu’on me traite d’ingrate. Que c’est OUDY qui m’a fait venir en France et maintenant je veux la faire à l’envers. Sa famille ne fait que chanter ça à l’oreille en bon soussou (dialecte guinéen, NDLR). Je tenais vraiment à expliquer au monde comment je suis venue en France. »
À quelle date et dans quelle circonstance le mariage religieux a finalement eu lieu ? 
« Le mariage est reporté en 2012. Je suis venue en France en 2013 et le religieux a été célébré en 2015 par nos familles respectives. Toujours, c’était pour se faire pardonner parce que sa copine est tombée encore enceinte du troisième bébé. »
Selon vous, quelle a été finalement la nature de la relation de OUDY avec la mère de ses trois enfants ? 
« C’est en 2018, c’est-à-dire, 4 ans après notre mariage, que j’ai été informée par un membre de sa famille dont je préfère taire le nom, que OUDY s’est marié avec la fille camerounaise. »
Quelle a été votre réaction ?
« J’étais perdue. J’étais désemparée. Je ne savais pas à quel saint me vouer. OUDY en a fait un grand problème en famille. Que pourquoi cette personne m’en a informé ? Et jusque-là où je vous parle, OUDY ne m’a jamais avoué qu’il s’est marié avec la mère de ses enfants. »
Vous êtes venue en France. Et qu’est-ce qui s’est passé ?
« Quand je suis arrivée ici en France, j’étais hébergée par un ami à Vannes (à l’ouest de la France, NDLR). Après, OUDY est venu me chercher pour aller à Nantes. J’y suis restée pendant un moment. Par la suite, il m’a envoyé l’argent pour que je vienne à Paris pendant que lui, il était à Montpellier où il vivait avec la fille camerounaise. Chose que je ne savais pas. Mais quand je suis venue en France, je lui ai dit que je vais rester chez lui. Il m’a dit : non, tu ne peux pas rester chez moi parce qu’on n’est pas encore marié. Tu sais ce que ta Maman va dire ? J’ai dit ok. »
 Qui vous a hébergé alors à Paris ? 
« J’ai une bonne amie d’enfance qui m’a hébergée.  Mais OUDY m’avait dit qu’il allait prendre une colocation pour moi. Mais il a automatiquement accepté la proposition de mon amie. C’est-à-dire, rester chez cette dernière. Parce que lui, OUDY, c’est ce qui l’arrangeait. J’ai engagé ma procédure pour obtenir mes papiers. Puisque c’était ça la priorité. J’ai été coachée par mon amie. Finalement, j’ai eu mes papiers et mon petit studio. »
OUDY venait vous rendre visite à Paris ?
« Oui, il venait tous les week-ends. C’est avec moi qu’il faisait ses tournées puisqu’il avait beaucoup de dates de concert en ce moment. On partait en province, en Belgique, en Suisse partout. »
Donc, jusque-là tout allait bien ? 
« Oui tout allait bien. Mais un bon matin, on m’appelle pour me dire que la fille camerounaise va accoucher bientôt du troisième enfant de OUDY. Et cette fois-ci, pour de vrai, j’étais au bout de ma vie. J’ai décidé de mettre un terme à notre relation. J’en avais trop subi et j’étais fatiguée. Je ne pensais pas qu’il allait me mentir et me dribbler.
Le même soir, son Papa est parti dans ma famille pour demander pardon. Qu’il ne veut pas que je quitte leur famille, que j’ai beaucoup porté chance à OUDY. Que depuis que je suis avec leur fils, ses affaires ne font qu’accroitre. Ma Maman était vraiment fâchée, mais elle a fini par pardonner. C’est ainsi que la famille a fixé la date du mariage religieux et il a été célébré pendant le ramadan, pendant que lui et moi étions en France. »
OUDY paye les pensions alimentaires pour vos enfants ?
« Quand je réclamais la déclaration de mes enfants, j’ai discuté une fois avec sa maman qui m’a dit ceci : Mais Eva, tu gagnes de l’argent. La France te donne de l’argent à cause des enfants. Et OUDY dit que c’est pour cela, il veut te laisser bénéficier de cet argent que la France te verse chaque mois. Je lui ai dit : donc c’est pour cela qu’il ne reconnaît pas les enfants ? En réponse, j’ai dit : Maman, si c’est pour les 100 euros et quelque que la Caf verse, je les laisse tomber. J’ai un travail, et le peu que je gagne, je me contenterai de ça pour subvenir aux besoins de mes enfants. Mais de grâce, que OUDY vienne reconnaitre ses filles. »
Quel est l’apport financier de OUDY envers vos deux filles ?
« Pour être sincère, de temps en temps, il envoyait de l’argent mais pas comme la star, l’artiste du peuple qu’il prétend être, qui dit oui, tous les mois, il faut que j’envoie, même pas une grosse somme, mais au moins envoyer régulièrement les dépenses de ses enfants. OUDY peut faire 3 ou 4 mois sans envoyer 1 franc. Et depuis que j’ai accouché ma première fille, j’ai décidé de ne rien lui demander. Parce que je me dis qu’il n’est pas un enfant. Il sait ce qu’il fait. »
Et combien il envoie par moment ?
« En 2 ou 3 mois, il peut m’envoyer 500 euros.  Dès fois 200 ou 300 euros. Ça dépend de ce qui lui passe par l’esprit. »
OUDY parle régulièrement avec ses enfants ?
« Pour être sincère, il appelle tout le temps vu que la première est beaucoup attachée à lui, et qu’elle a commencé à parler. Donc, OUDY discute souvent avec elle en appel vidéo. Les trois autres enfants qui ne sont pas les miens (deux garçons et une fille), OUDY montre aux yeux de toute la planète que ceux-là sont ces enfants. Il les affiche parce que de l’autre côté, c’est une autre dame avec qui il s’est marié légalement selon la loi française. Et qu’il n’a même pas intérêt à faire n’importe quoi, car il sera face à la justice française. »
Mais comment expliquez-vous le fait que OUDY ne veut pas déclarer vos deux filles à la Mairie ? 
« Je me pose souvent la question de savoir mais pourquoi OUDY ne veut pas faire ça ? Pourtant, il me dit que je suis sa femme de chance. Nous avons passé de bons moments ensemble, mais pendant ce temps, il visait son intérêt. En fin de compte, je me dis que OUDY a bien préparé son coup vu que j’étais silencieuse, j’étais dans l’ombre comme il le voulait. Parce qu’à un certain moment, il m’a interdit Facebook. Il ne voulait pas me voir au sein de la communauté guinéenne. En tant que femme d’artiste, je devais vraiment être vue, mais je suis là dans mon trou. Mais c’est ce qui l’arrange lui. »
Quel lien pouvez-vous établir entre sa vraie vie de famille et sa célébrité, sa « richesse » comme il fait croire à tout le monde sur les réseaux sociaux ?
« Laissez-moi vous dire que ce sont deux choses différentes. OUDY sur les réseaux sociaux et OUDY dans la vraie vie, ce n’est pas pareil. Il y a une très grande différence. Si vous voyez mes amies, mes proches sont en train de faire des publications contre lui, parce qu’elles savent ce que je vis, ce que je traverse au quotidien. Quand elles voient OUDY sur les réseaux sociaux faire des dons, elles sont choquées.
OUDY veut montrer une apparence qui n’est pas la sienne. OUDY vit pour les gens. Peut-être qu’on dira que c’est méchant de ma part, mais dès fois, il faut oser dire la vérité. Dj OUDY 1er vit pour les gens. Il est prêt à tout pour son image et ça c’est clair comme l’eau de roche. Je connais OUDY mieux que tout le monde. Je sais qui il est réellement et comment il fonctionne. Pour son image, je vous dis qu’il est prêt à tout. Mais dans sa vraie vie, il est différent. »
A quel moment votre époux OUDY a quitté votre maison ici en France ?
« Vous imaginez, OUDY est parti de la France j’étais enceinte de deux mois de ma deuxième fille. Vous savez, il est revenu quand ? C’est quand l’enfant avait 1 an et demi. Il n’était pas là pendant les moments de grossesse et il n’est pas venu à l’accouchement. Imaginez, je suis césarisée, je sors de l’hôpital et j’ai un bébé dans ma main, toute seule. J’ai traversé ces moments-là toute seule, OUDY n’était pas là. Il a une carte de séjour de 10 ans et il n’a pas pensé à venir. (Larmes). Il m’appelait pour me dire : ah ils ont cassé mon studio, c’est corona… Que son intérêt à lui ! Oui, que son intérêt !
Je ne voulais pas du tout citer la famille dans cette affaire. Mais je me permets de dire quelque chose. Car, cette phrase-là me choque et va toujours me choquer. Une fois, sa Maman m’a dit ceci en bon soussou : « Tu veux qu’il aille rester à côté de toi là-bas en France pour que vous mangez des herbes ? D’accord, il va te rejoindre en France… Sache que c’est en Guinée OUDY cherche l’argentS’il ne cherche pas l’argent comment vous allez faire ? » Et depuis ce jour, je ne me suis plus plaint auprès de sa famille. J’essaye de gérer tout et toute seule. »
Êtes-vous en contact avec ses sœurs ?
« Non, plus ! Avant oui, mais maintenant non. Elles se sont rangées un peu du côté de leur frère. »
Et si on vous demandait de définir votre époux en quelques mots, que direz-vous ?
« OUDY n’a pas été gentil. OUDY est un manipulateur. OUDY s’est servi de moi. Parce que j’ai vraiment été là pour lui. Ceux qui connaissent Eva – Oudy, savent que j’ai été vraiment là pour lui. Mais lui, il m’a vraiment lâché. »
Aujourd’hui, que comptez-vous faire ?
« J’engage une procédure judiciaire contre OUDY en France. J’ai déjà contacté un cabinet d’avocat, et bientôt nous allons entamer la procédure. »
A date, est-ce que vous vous en sortez avec vos deux filles ?  
« Oui, je fais le nécessaire. Ensuite, il y a ma famille qui me soutient surtout mon frère qui est aux États-Unis qui n’avait pas d’ailleurs voulu de ce mariage. »
Pour finir cette interview, avez-vous quelque chose à rajouter ?
« Ma famille est juste déçue de OUDY. Il est allé dire à un de mes proches que c’est par jalousie que j’ai fait mon post. Que parce qu’il est en train de refaire sa vie avec l’unique fille d’un riche Monsieur en Guinée, Antonio SOUARÉ. Je suppose qu’il a dit à cette personne pour que celle-ci vienne me le transmettre. Il y a des faux comptes qui m’écrivaient aussi pour tenter de discuter de la paternité de mes enfants. Des personnes cachées derrière des faux comptes qui m’insultaient et qui me menaçaient. J’ai décidé de ne pas leur répondre jusqu’à ce qu’elles se présentent à visage découvert. C’est ce qui m’a vraiment poussé à sortir de mon silence. »
Voulez-vous laisser un message à votre époux OUDY ? Vous avez la carte blanche Mme.
« Qu’il sache que je n’ai aucune haine contre lui. Au regard de tout ça, je suppose que c’est mon destin à moi. Je prends ça comme ça. Peut-être que Dieu a voulu que j’aurai un premier mariage dans lequel je ne serais pas très heureuse. Chose que j’avais dite à sa famille.
OUDY s’est vraiment foutu de moi, mais je ne vais pas accepter que mes enfants souffrent. Elles n’ont pas demandé à être là. Je ne demande pas 1 franc à OUDY. Je lui demande juste de reconnaître ses enfants. Parce qu’ici en France, même si tu es marié à une autre femme, tu peux reconnaitre un enfant dehors.
OUDY sait que mes enfants ne sont pas SINAYOKO. Elles sont CAMARA. S’il ne reconnaît pas ses enfants, et si je mourais aujourd’hui, mes enfants iront dans les maisons d’accueil. Au pire, si elles entrent en Guinée, elles diront OUDY est notre père. Mais par quel moyen elles vont convaincre les gens que ce qu’elles disent est vraiment la vérité. »
OUDY et moi, nous nous retrouverons en justice pou tirer tout ça au clair.
NB : Nous rappelons que nous avons joint OUDY 1er pour avoir sa version des faits, mais toutes nos tentatives ont été vaines.
Pour lire la première partie de cette interview, cliquez ICI
Interview réalisée par SitaNEWS, France
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici