Sous le haut patronage du Ministère des Affaires de la Communauté est-africaine de la jeunesse, des sports et de la culture, un Projet Européen d’Appui au secteur de la Culture au Burundi sera officiellement lancé au Burundi, lundi 12 AVRIL À ROYAL PALACE HPOTEL.

Le projet mené par un consortium d’acteurs burundais et belge : Menya Media, Adisco-MDE et Africalia est entièrement financé par l’Union Européenne. Il vise à renforcer les acteurs du secteur culturel.

Ce projet, mis en œuvre à Bujumbura, Ngozi et Gitega, a pour objectif de valoriser la culture burundaise en professionnalisant les acteurs locaux, en améliorant la qualité des créations et en prodiguant un appui pour placer celles-ci sur le marché. Son but est en outre de préserver le patrimoine culturel du pays par le biais de formations et d’appuis au développement de projets, mais aussi de créer des emplois pour la jeunesse.
Secteur économique encore sous exploité en Afrique subsaharienne, les industries culturelles et créatives constituent un levier économique durable, illimité et non polluant. De plus, elles sont un attrait particulier pour les femmes et les jeunes, dont la mise à l’emploi doit constituer une priorité pour l’Afrique, encore plus au Burundi.

C’est dans ce sens que Le PASACC-BU (Projet d’Appui Sectoriel aux Acteurs Culturels et Créatifs) mise en œuvre à Bujumbura, Ngozi et Gitega vise à renforcer les acteurs du secteur culturel et leurs actions au Burundi, de manière à produire un impact en termes de qualité et de quantité sur le secteur culturel, les organisations de la société civile, le développement économique et social, la création d’emplois et l’accès et la sensibilisation de la population burundaise aux produits et créations culturels.
Le projet s’articule autour de trois axes d’intervention :
– Renforcer l’esprit et les capacités entrepreneuriales des opérateurs culturels burundais, via des programmes d’entrepreneuriat « start-up » et « scale-up ».
-Renforcer durablement les capacités managériales, techniques, artistiques et de diffusion des acteurs et opérateurs culturels burundais, par le biais de formations managériales, techniques, artistiques et financières, des appuis aux projets culturels de petites et moyennes envergure.
-Renforcer l’accès des acteurs et opérateurs culturels burundais aux marchés et réseaux internationaux de la culture, à travers des bourses de mobilité et d’atelier de capitalisation d’expériences.
LIRE AUSSI : Brassage culturel : Africalia invite à la réflexion…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
18 + 22 =