Depuis quelques jours, Sayon Bamba séjourne dans le pays de Napoléon et d’Emmanuel Macron. Nous l’avons rencontrée dans le 18e arrondissement de Paris, la ville lumière. Mais quelles sont les raisons principales de ce voyage de la Directrice générale de l’Agence guinéenne de spectacles (Ags) en France ? 
« Je suis à Paris pour le projet La Guinée Au Zénith. C’est un événement qui est annoncé pour le 3 octobre. Vous avez pu voir la première conférence de presse qui s’est tenue à Conakry il y a quelques mois. Donc l’étape d’après, était de venir finaliser en France, la programmation musicale et régler certaines démarches administratives. » explique Sayon Bamba qui a la lourde responsabilité du contenu du projet La Guinée au Zénith.
Depuis son arrivée en début de semaine, la dame Sayon Bamba travaille à plein temps avec HORIZON Sound System, la structure organisatrice dudit projet. Nous sommes pratiquement à un mois et quelques semaines de l’événement. C’est la course contre la montre. Ça bosse sans répit à Conakry mais surtout du côté de Paris où l’événement se tient au Zénith, la salle mythique.
Côté programmation, qu’est-ce qui est en train d’être fait ? Sayon Bamba nous explique en détail : « Par rapport au contenu, on a bien avancé. La musique guinéenne est une musique de référence. Sur le projet La Guinée au Zénith, nous accordons un regard particulier sur la créativité. Nous avons la chance de voir Sékou Diabaté le « Diamond Finger » du Bembeya Jazz National qui est une référence…. Nous avons contacté l’UNAMGUI (Union des Artistes et Musiciens de Guinée NDLR). Nous ratissons au niveau des créateurs guinéens. Nous mettrons également en valeur les artistes de la diaspora qui font un travail remarquable mais qui n’ont pas la chance d’être vus. Nous faisons en sorte que la Guinée soit regardée de manière positive à l’international. On a l’habitude de voir la Guinée politique ou la Guinée du football ces derniers temps. Mais on aimerait que les gens comprennent que malgré tout, la Guinée est un pays de paix, de cohésion sociale, de création et d’harmonie. Et cette harmonie, c’est à nous les artistes de la montrer sur des podiums à travers le monde. 
L’évènement La Guinée au Zénith se tient au lendemain de la célébration de l’an 63 de l’accession de la Guinée à l’indépendance. Le choix de la date du 3 octobre n’est donc pas fortuit. Indiquent les organisateurs. Ils espèrent que les guinéens vont se mobiliser massivement ce jour, pour une fois en France, pour célébrer en culture leur souveraineté.

« Nous voulons faire la plus grande messe culturelle (…)»

Les enjeux de La Guinée au Zénith sont grands. Disent la responsable du contenu dudit projet, Sayon Bamba. « Justement, ce projet est un beau tremplin. Le contenu que nous allons proposer va valoriser la créativité de nos artistes. Il va les amener à s’ouvrir au monde – à signer des contrats avec les professionnels internationaux. A ce stade, beaucoup d’artistes sont confirmés pour le 3 octobre. Tels que Levi Bobo, Sayon Camara, Grand P, Aminata Kamissoko etc. Aussi, nous avons envie de valoriser le trio Sory Diabaté, Ousmane Kouyaté et Fatoumata Kouyaté « Yeliguinet » pour montrer la place du balafon dans le répertoire guinéen. Nous allons encercler tout ça par les artistes qui font notre fierté à savoir, Bâ Cissokho, Sia Tolno, Tiranké Sidimé, Nakadi Kanté etc. Nous voulons réhabiliter cette image de la Guinée avec ses instruments traditionnels – faire venir nos musiciens sur une même scène comme Moh ! Kouyaté, Djely Moussa Diawara, Yakhoumba Sékou pour faire sonner leurs cordes de nos sonorités. Ce sont des choses qui font énormément plaisir. Nous avons envie de faire la plus grande messe culturelle des 10 dernières années. 
Beaucoup de partenaires se sont intéressés au projet La Guinée Au Zénith. D’autres négociations sont en cours. On peut citer la Société Guinéenne de Business d’Équipement et Construction (SOGUIBEC) de Bakary Diaby – le groupe KEBO de Thierno Madiou Barry communément appelé Barry Angola – l’Office Guinéen de Publicité (OGP). Chose qui laisse entrevoir une certaine émulation autour dudit événement à Conakry et sur la grande toile.

«…Je veux juste aider les jeunes à réaliser leur projet »

Dès le départ, Sayon Bamba s’est jointe à la structure HORIZON Sound System composée uniquement de jeunes pour piloter La Guinée au Zénith. C’est un projet qui se réclame fédérateur. La Directrice de l’Ags s’est engagée pour la réussite effective de cet événement. Elle invite ses concitoyens à faire parler également leur fibre patriotique.
« Il faudrait que les personnes qui travaillent au nom de l’État soient conscientes de l’importance de leurs missions vis-à-vis de ce peuple. Ce n’est pas une question d’argent ou de budget. Nous en ayant étudié le dossier en se disant que oui, c’est un projet qui peut être réalisable, nous utilisons nos carnets d’adresses pour trouver le financement. Ceux qui grincent des dents, nous les invitons à rejoindre le mouvement. C’est normal qu’un projet ne fasse pas l’unanimité. Ce n’est pas mauvais en soi. Seulement il faut pouvoir convaincre les réticents sans pouvoir partir en guerre contre eux. On est des guinéens, on est des frères et on est de la même famille. Il faut qu’on se donne la main pour développer notre pays. Et qu’on fasse confiance aux jeunes. Ils ont besoin de s’affirmer.  Il faut leur permettre justement d’avoir accès à certaines choses. Pour que l’expertise change et qu’elle évolue. J’invite donc tout le monde à ouvrir ses portes aux projets novateurs comme la Guinée au Zénith, les Victoires de la Musique Guinéenne (VDMG) et bien d’autres qui sont une très belle aventure ».
Sayon Bamba est encore à Paris jusqu’à la semaine prochaine avant de prendre son train pour Marseille, sa ville adoptive. Mais avant, elle effectuera ce week-end, un déplacement en Belgique avec des membres de HORIZON Sound System pour d’autres négociations.
Par Sitanews (Correspondance Paris)
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
25 × 19 =