Ça y est ! L’album de King ALASKO est disponible en streaming et vous pouvez trouver la version physique dans les rayons de MLP à Conakry. Nous l’avons écouté entièrement. Ça vaut le détour ! « Allah Nou Wali » (« Dieu Merci » en français) est un album de maturité, une bouffée d’air bien frais. Ce disque est perçu comme une réelle victoire de la musique urbaine guinéenne qui connaît depuis un certain temps, une véritable ascension.

« Allah Nou Wali » est arrivé dans de bonnes conditions. L’album a été officiellement présenté le 14 février dernier sur fond de concert live. Le monde, l’osmose, cet événement en a connu sur l’esplanade du Palais du Peuple de Conakry. Le « jeune roi » en a profité pour écrire en lettres d’or, son histoire.

« Allah Nou Wali » comporte en tout, 22 titres bien frottés y compris les bonus tracks. Ça résonne fortement dans le transistor. Nous l’avons maté en boucle. King ALASKO sert à volonté et se montre trop prolifique. Nous décortiquons toutes les pattes de son opus.

La galette s’ouvre par « Tout donner », un titre évocateur à travers lequel ALASKO cloue le bec de ses détracteurs, s’il y’en a : « Je marche fauché, rien dans la poche mais la bénédiction des parents me suit….Quand tu brilles, ils attendent que tu trébuches pour se moquer de toi… Mon soleil va briller fièrement, moi je ne vais rien lâcher, je ne vais pas reculer », laisse-t-il entendre dans son refrain rendu en deux temps : le français et le Soussou (dialecte guinéen). Et bien entendu, sur l’album, la chanson « Tout donner » vous accueille avec sensation et vous convoque pour la suite.

Alasko amoureux comme jamais !

Sur cet album, le jeune artiste a bien voulu faire parler son cœur. Tout est permis pour ALASKO. Si dans certaines chansons, il est très engagé, dans d’autres, non, il se montre plus soft et love que jamais. Les titres comme « Samba », « Fabéba » sont de parfaites illustrations.

« Bb laisses-moi te dire, laisses-moi te dire que mon cœur ne tient qu’à toi. C’est vrai que je n’ai pas été tranquille, mais tu pouvais me donner une dernière chance, je ferai ton bonheur, juré et promis, je serai à tes côtés jour et nuit… I love you forever », promet ALASKO dans « Fabéba ». Regardez le clip.

Grosses collabos !

King ALASKO a recruté des gros bonnets de la musique urbaine guinéenne sur son album. Ce qui tonifie et diversifie son disque. L’on a bien aimé les modulations dans la voix d’Ablaye M’baye – SKANDAL dans le titre « Wali », qui groove sur le morceau. Avec son protégé, le rappeur de Degg J Force 3 aborde un sujet intéressant : le travail. Pour eux, seul le travail paie. Le métier ou les études, peu importe, l’essentiel qu’on voie la lumière au bout du tunnel et être très utile. Sur un beat bien façonné par Che On The Beat, SKANDAL et ALASKO condamnent la délinquance et militent pour la positivité et le travail dans « Wali ». 

Un  message aux troglodytes

« Lighter » est l’une des meilleures chansons de l’album « Allah Nou Wali ». Sur ce titre, la « légende » du reggae guinéen Takana ZION prête main forte à son jeune frère ALASKO. C’est une très belle réussite en termes de composition et de complicité. La chanson dure 3 minutes 49 secondes. « Lighter » envoie un message fort aux youths dans les Ghettos.

« (…) On veut apporter un peu de lumière dans notre vie, un peu de bonheur dans notre vie, la positivité et le sourire…. Déterminé, engagé, on ne va pas lâcher, rien ne peut nous stopper, tout ira bien (…) », chante ALASKO.

C’est aussi bien beau d’entendre la voix de Fish Killer sur l’album et de ratisser large dans le spectre musical urbain guinéen.

Le « Hitman » et ALASKO complotent autour du titre « Totologie ». Le tandem a réussi. Les deux ont choisi un riddim malléable à leur guise. C’est une chanson de 3 minutes 28 secondes. C’est un régal !

L’album « Allah Nou Wali », un succès ! A la fourche de multiples nouvelles tendances urbaines, ce disque de King ALASKO nous amène dans un tourbillon musical insolite et fumigé, incarnant une réelle obéissance professionnelle et un respect absolu.

Les chansons comme « Abonene », « Yes It’s me », « Kobolé », « Marie », « Pentagone », « Namougni », « Faya Na Fafé », « Kilonkhi », « Général », « Marié Sono », « Bonbon Kolon »  marquent un tournant dans l’album, avec une allure atypique et hybride. Et là encore, une belle dose de sonorités traditionnelles intervient. Sur ces différents morceaux, ALASKO très éméché et passionné, se montre beaucoup plus mature qu’on ne le croyait.

« Yetekanna », une belle reprise avec BLZ

Le son original et le clip ont fait feu à Conakry. « Yetekanna » s’autodéclare la chanson phare et fétiche de l’album « Allah Nou Wali ». Sa reprise avec le groupe Banlieuz’art est une raison de plus. Konkon Malela, King Salaman et ALASKO ont ragaillardi le morceau. Cette version est aussi beaucoup plus complète. C’est la cerise sur le gâteau. « Yetekanna » teinte au vitriol l’orgueil, le délire et le jeu d’intérêt des ados dans les discothèques une fois la nuit tombée sous les fumées noisettes et grises de la chicha.

« Yetekanna Remix » ferme l’album « Allah Nou Wali ». Certainement, c’est fait exprès pour finir l’écoute complète de l’album au goût achevé.

« La Guinée », un titre très évocateur !

« Le problème de la Guinée est le problème de nous tous », rappelle-t-il ses compatriotes. Ici, ALASKO responsabilise toutes les composantes de la société guinéenne. Il en appelle à la conscience collective sur la sauvegarde de la quiétude sociale, la paix et l’unité : politiques, citoyens lambdas, personne n’est épargnée. Il parle surtout aux parents laissant leurs enfants à l’abandon. King ALASKO aborde ici une thématique sérieuse – l’accalmie dans son pays. Dans ses démarches, il s’érige en véritable pédagogue déguisé en sage. La jeune star de l’écurie MLP dénonce la délinquance juvénile, la prostitution, l’ethnocentrisme et prône le vivre ensemble et l’amour entre les guinéens.

« Attention la police ! Attention la police ! », sensibilise ALASKO, les forces de l’ordre qui seraient pointées du doigt accusateur.

coups de cœur

« Turn up », « Wine » et « Allah Nou Wali » sont des titres qui nous ont plus ensorcelés sur l’album « Allah Nou wali ». Dans ces chansons, nous avons adoré la grosse rythmique en fond, une bonne ligne de basse, la syntaxe des paroles, l’arrangement et une voix imposante de King ALASKO. Et vous ?

« Allah Nou Wali » est enregistré entre Conakry et Dakar dans Mach Allah Studio – BNTH Prod – Studio Sankara sous la direction artistique d’Ablaye M’BAYE. Sur financement exclusif de Meurs Libre Prod, ce disque est réalisé dans l’espoir de le faire transcender.

« C’est un énorme sacrifice que nous avons consenti pour aider un jeune passionné qui a envie de réaliser ses rêves artistiques… On aurait pu prendre cet argent, faire d’autres choses avec, mais, non, aujourd’hui, nous sommes très fiers de l’avoir amené à ce niveau. Et d’autres choses arrivent… », nous confie en aparté Ablaye M’BAYE.

Rappelons que le baptême du feu de l’album « Allah Nou Wali » le 14 février passé sur l’Esplanade du Palais du peuple de Conakry a été un beau succès en termes de mobilisation et de l’organisation. Quelle sera la suite pour booster ce chef-d’œuvre « Allah Nou Wali » ? Le temps nous dira le reste. En attendant, nous vous le recommandons.

Par Sita CAMARA

SITANEWS©

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici